Historique

Historique

 

 Dans un premier temps, Patrice Ricci et Marc Delaruelle créent Les Comédiens du Sentiers avec lesquels, à l’occasion de plusieurs tournées dans le sud de la France et de séries de représentations à Paris, ils montent des textes du répertoire classique (Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, Le chevalier de l’ardent pilon de Beaumont et Fletcher… ) avant d’aborder le répertoire du XXème siècle (Grand peur et misère du IIIème Reich de Brecht, L’histoire de Tobie et de Sara de Claudel, Le Discours du grand Sommeil, Les desseins de ma plume, La machine infernale et Requiem de Cocteau, Jacques ou la soumission et L’avenir est dans les œufs de Ionesco, Les bonnes de Jean Genet, L’Echappée belle de Romain Bouteille, Les furies et Le cadeau de Marc Delaruelle…). Simultanément ils créent des spectacles jeune public.

 Dans un deuxième temps, ils fondent Le Théâtre de Bès pour se retrouver ponctuellement et se consacrer uniquement à des projets de pièces contemporaines à travers des créations (Le dieu des mouches d’après Frédérick Tristan, Requiem de Pascale Kukawka,, La lettre au poète mort de Claudine Vuillermet… La farce du roy Force, Rue sous voile de nuit, Une valise à la mer de Marc Delaruelle), mais également des lectures, des interventions dans le monde scolaire ou dans celui de l’entreprise, des évènementiels…

 

 

 

 

Qui est « Bès » ?Bes page historique

 

On nous demande souvent : pourquoi ce nom ?

Tout simplement parce que Bès, divinité mineure de la mythologie égyptienne, malgré son aspect n’inspirant guère confiance, était un dieu bienfaisant qui avait pour rôle d’éloigner les mauvais esprits en les effrayant. Il était vénéré dans toute l’Egypte comme une sorte de génie du foyer, de divinité domestique et de dieu de la fertilité, du mariage et de la grossesse – il protégeait notamment les parturientes et les premières heures d’un nouveau né… comme peut l’être un spectacle pour ses créateurs. C’était aussi le dieu de la musique et de la danse.